pluésie

POÈMES LGBTQI+

Dernière pluie

On s’arrête pour pisser

et là :

Curieux désir de descente en forêt.

 

Nous y croiserons les chasseurs

avinés et aux yeux en pleurs.

 

Ils font semblant de n’aimer que leurs femmes

et pourtant nous avons vu

leurs branches s’offrir

au premier passant qui s’arrête.

 

Je ne veux pas la moelle

Le langage désossé

Fantasme d’ennui.

Je veux trouver,

Plonger les yeux dans ce qui fait le monde.

 

Je veux sous le ventre gonflé d’un buraliste rougeaud

Trouver la flamme.

Sentir ce geste bateau,

en apprécier la force naïve.

 

Leurs mots nous tombent dessus

en un élan aqueux.

 

Et voilà

Nous sommes nés

de cette dernière pluie.

 

 

Pour parler de sexualité gay en forêt, Louis Zerathe emploie un ton volontairement revanchard. Il s’agit d’inverser le rapport de force et de faire des mâles dominants de ce texte des entités qui désirent. C’est une proposition : ils détestent autant qu’ils veulent. Et même : ils détestent parce qu’ils veulent.

Le site de Louis Zerathe, c’est par ici, et son compte instagram, par .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Loréna
2 mois

Superbe !

error: Content is protected !!